Comune di Brescia tourism website: useful information about what to see and where to go.

  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Español
  • Italiano

Bouclier de parade, Bartolomeo Piatti (?)

mar, 08/07/2014 - 12:19 -- Laura
Tipologia: 
Brescia, Bouclier de parade, Bartolomeo Piatti (?), Musée des Armes Luigi Marzoli, Château de Brescia

Le raffiné bouclier de parade, qui avait déjà fait partie de la prestigieuse collection Rotschild et passa par la suite à celle de l’industriel Luigi Marzoli, est inclus dans les différentes typologies de boucliers circulaires utilisés au XVIe siècle. La définition « de parade » vient de son utilisation ad pompam vel ostentationem, c’est-à-dire pour symboliser la richesse et la puissance de son futur possesseur ; il se présente en effet plus comme une œuvre d’art que comme un instrument de guerre. Assorti à des armures de grande valeur, ce bouclier luxueux était étalé uniquement dans de rarissimes occasions de cérémonie réservées à la restreinte classe aristocratique de l’époque.
Il s’agit d’un objet très coûteux pour ses riches travaux au repoussé, puis ciselés et encastrés de métaux, qui se range dans la production d’armes de luxe, diffusée à partir de la quatrième décennie du XVIe siècle. Dans cette période, les fabricants d’armes commencèrent à produire, outre les armures de guerre, celles de parade décorées « à l’ancienne », c’est-à-dire avec des scènes tirées de l’histoire et de la mythologie classique qui représentaient un rappel symbolique à la légitimité de la détention du pouvoir de la part de la classe aristocratique, exercé par la force des armes mais aussi par le droit dérivant de l’antiquité.
Les images et les riches décorations à la manière antique étaient puisées d’incisions, largement diffusées, d’artistes maniéristes disciples de Raphaël et Giulio Romano. Il s’agissait, dans la plupart des cas, de plusieurs sources iconographiques qui, unies avec maestria et goût, se fondaient dans un ensemble homogène.

Le bouclier, fait en un seul morceau, est signé et daté. L’an 1563 apparaît sur un tableau accroché à une bûche représentée sur la droite de la scène centrale. L’année de production correspond à la période dans laquelle Milan et d’autres centres, tels que Brescia et Lodi, avaient atteint l’hégémonie dans la production d’armes et armures à l’intérieur du marché européen. L’œuvre a été réalisée dans un atelier du chef-lieu lombard, probablement par Bartolomeo Piatti ( ? – mort entre 1582 et 1586), membre d’une des familles de constructeurs d’armes les plus connues de la ville. Sur le bandeau externe du bouclier, au centre en haut, un petit palmier avec les initiales BP/F est représentée : ces initiales pourraient vraisemblablement correspondre à Bartholomeus Piatti fecit.
Dans la partie centrale du bouclier, légèrement convexe, se détache le Triomphe de Bacchus. Le dieu, couronnée de pampres, est assis sur un somptueux char traîné par deux lions. Autour de lui, bougent quatre satyres et trois bacchantes jouent du clavecin et de la trompette et portent des paniers de raisin. La scène se déroule sur un terrain minutieusement décrit avec de l’herbe, des arbres, des pierres et un pot abandonné. Sur le fond apparaît une ville portuaire avec des remparts, sise à l’extrémité d’un bras de mer parcouru par de nombreuses embarcations. Sur le cortège plane la déesse Victoire ayant dans ses mains deux couronnes de laurier. Plus en haut, les vents, la lune et le soleil, représentés avec des visages humains, font leur apparition. Autour de la scène principale, une large bande à bordure travaillée en relief et décorée avec des mascarons, des animaux et des êtres monstrueux semblables à des satyres, le tout alterné à du feuillage et à de petits candélabres végétaux.

Le bouclier est digne de remarque aussi pour l’habileté technique avec laquelle il a été réalisé : brunis, travaillé au repoussé, ciselé, poinçonné et encastré de métaux. Le travail à relief est très précis et soigné dans la finition des détails qui sont soulignés par encastrement en or et argent. Dans une raffinée recherche de contrastes, le fond du bouclier est sombre et lisse tandis que les parties en relief sont dorées. La variation d’incidence de la lumière anime donc la surface du métal en donnant à la scène représentée l’apparence de la vie.

La partie interne du bouclier est revêtue de velours rouge, bloqué sur le support métallique par un système de rivets et de rondelles, enrichi de très fines décorations brodées en or : sur le perfil un bandeau de racèmes de feuillage et, autour du coussin central rectangulaire, une succession de motifs de frondaison en forme de S.
La délicate garniture en velours, lors d’une restauration générale de cette pièce en 2010, a été remontée avec un nouveau système qui vise à garantir, en même temps, une tenue mécanique parfaite et les meilleures conditions pour sa conservation. Les sangles ont été en bonne partie restaurées.

En plus des précieuses armures du XVe siècle et des premiers exemples d’armes à feu portatifs réalisées dans le territoire de Brescia, le bouclier de parade représente un motif d’intérêt pour une visite au musée des armes « Luigi Marzoli », du moment qu’il s’agit d’un exemple de très haut niveau de la rare production d’armes de luxe qui, commencée dans les années 40 du XVIe siècle, décline déjà vers le début du XVIIe siècle.

Bartolomeo Piatti (?) - Milan
Bouclier de parade
avec une scène mythologique en haut relief
acier, or, argent, tissu, laiton
1563
diam. 57 cm
Musée des Armes “Luigi Marzoli”
 

Galleria: