Comune di Brescia tourism website: useful information about what to see and where to go.

  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Español
  • Italiano

Tags : capitolium

Brescia, la Victoire ailée

Il s’agit d’une figure de femme, légèrement tournée vers la gauche, vêtue d'une tunique qui s’arrête sur les épaules (chiton) et d’un manteau (himation) qui s'enroule autour des jambes.
Elle est fabriquée moyennant la technique de la cire perdue indirecte et elle se compose d'au moins trente pièces moulées individuellement et puis soudées les unes aux autres. Comme pour les portraits, le finissage a été effectué à l’aide d’instruments pointus qui en définissent les détails avec précision. On a ensuite ajouté une damasquinure en argent et en cuivre qui en entoure la chevelure.
Elle fut probablement produite entre l’an 25 et 50 de notre ère par une fonderie d’art hautement qualifiée du nord de l’Italie.
La position de la figure, une jambe légèrement soulevée et les bras en avant, s’explique par la présence à l'origine de certaines caractéristiques qui permettaient d'en identifier le sujet. Le pied devait en fait s’appuyer sur le casque de Mars, le dieu de la guerre, et le bras gauche devait tenir un bouclier, également soutenu par la jambe pliée, sur lequel avaient été gravés, avec la main droite, le nom et les res gestae du vainqueur (la déesse romaine de la Victoire était effectivement représentée avec ces caractéristiques).

Maquette du Forum

Le Forum, cœur de la vie civique et religieuse de la Brixia Romana fut définitivement aménagé à l’époque flavienne (69-96 ap. J.-C.). De forme rectangulaire, d’une longueur d’environ 139 mètres sur une largeur de 40 mètres, il est délimité au sud par la curie et au nord par le Capitolium et le decumanus maximus . Les côtés est, ouest et sud du Forum étaient ceints d’un portique à double rangée de colonnes, richement décoré, sur lequel s’ouvraient de nombreuses boutiques. Il est probable que paliers et escaliers comblaient la dénivellation du terrain entre le decumanus et la Basilique qui était située sur le flanc sud: des vestiges de la façade de ce bâtiment à une seule rangée de hauts pilastres cannelés de style corinthiens entre lesquels s’ouvraient des portes et des fenêtres, font aujourd’hui partie intégrante de l’édifice qui se trouve au 3 de la piazzetta Labus, siége du Service Régional de l'Archéologie. Au rez-de-chaussé, dans une petite zone archéologique, on peut voir les restes de la basilique et du forum d’époque augustéenne. Rares sont les restes de ce Forum qui est peut-être pourtant le site archéologique le plus important de Lombardie: le plus visible est cette colonne monolithique de 6,5 mètres en marbre karstique à chapiteau corinthien qui se trouve sur le côté est de la place à 4 ou 5 mètres sous le niveau de la rue actuelle et dont les parties manquantes ont été remplacées par des briques dans les années trente. A l’angle du Forum et de la via Musei se trouve l’église de San Zeno in Foro reconstruite au cours de la première moitié du XVIIIème siècle. Elle s’avance un parvis fermé d’une grille ornée de petits anges et de couples de dauphins. Sur le côté opposé de la place se dresse l’une des constructions qui occupent aujourd’hui ce qui à l’époque romaine était une place ouverte et pavée: le palais Martinengo Cesaresco Novarino

Capitolium

Le temple fut érigé par Vespasien entre 73 et 74 ap. J.-C., comme en témoigne la dédicace, en partie reconstruite, inscrite sur le fronton. Il reprend partiellement le plan du sanctuaire républicain du début du Ier siècle av. J.-C. sur lequel il est construit. La zone du Capitole était occupée sur trois côtés par une terrasse dont le temple occupait le centre tandis que sur les côtés se trouvaient les deux ailes du portique qui se prolongeaient vers le Forum. L’escalier en marbre, aujourd’hui restauré et complété de briques, amenait le visiteur au podium surélevé du pronaos, caractérisé par la présence d’un avant-corps central hexastyle composé de colonnes corinthiennes d’environ 11 mètres, reconstituées au XIXème siècle. Le temple présente trois aulae séparées par de fins interstices. De grandes portes architravées mènent aux salles du temple: celle du centre, plus grande que les autres, a conservé son seuil original ainsi que la structure des battants et les trous pour les gonds. Les sacellums présentent en leur centre un podium. On remarquera le sol recouvert de dalles de marbre, bien conservées dans la salle centrale et dans celle de gauche. Les parois étaient probablement revêtues de marbre et décorées de parastates, corinthiennes comme les colonnes de la façade. Le temple fermait le Forum au nord et communiquait avec le decumanus grâce à un escalier central situé entre deux parties d’un mur à arcades aveugles dont quatre ont été reconstruites. Ce mur, recouvert de marbre, appartenait à la façade de l’aire sacrée du decumanus maximus (situé à 4 ou 5 mètres sous le niveau actuel de la via dei Musei) dont une partie est encore visible aux pieds du Temple Capitolin. 

Subscribe to Tags